10 trucs à faire à Istanbul

1. Au Coeur de l’empire Ottoman

Le somptueux palais de Topkapı a été le siège du pouvoir Ottoman pendant plus de trois siècles. Au moins une demi-journée est nécessaire pour l’explorer, Si vous êtes pressé, les principaux lieux à visiter sont le harem, la salle de trésor avec une collection très riche une paire de chandelier en or pesant chacun 48kg incrustées 6666 diamants ou encore l’énorme émeraude de 3 kg font partie des objets précieux présentés.

 

 

 

2. le grand Bazar

Pénétrez par l’une des 18 portes du Grand Bazar et enfoncez-vous dans son labyrinthe de ruelles et d’allées voûtées. Le Grand Bazar est organisé par quartier, chacun dédié à un type de produit : objets de cuir ou de cuivre, tapis, bijoux, lampes, antiquités, vêtements, narghilés. Construit en 1455, le grand Bazar est le plus grand d’Istanbul. Les acheteurs sérieux devraient s’armer d’un bloc note et d’une calculatrice. Il faut compter au minimum trois heures pour la visite.

 

 

3. Le Bosphore

Istanbul est la seule ville au monde traversée par une voie d’eau internationale, le Bosphore. C’est grâce à ce bras de mer qui la sépare de l’Europe de l’Asie, qu’Istanbul acquit son statut de métropole. Sur les rives du Bosphore s’élèvent les palais érigés par les derniers sultans : des mosquées, des ponts. On trouve de nombreuses Yalis, maisons de style Ottoman construites en bois.

 

 

 

 4. Sainte Sophie

 Au départ, Sainte Sophie était une basilique. Puis avec la chute de Constantinople, elle a été transformée en mosquée et quatre minarets on été érigés à cette occasion. Aujourd’hui, Sainte Sophie s’est tout transformée en un musée, qui regorge de trésors artistiques : les plus fascinants sont sans aucun doute les différentes mosaïques figuratives composées de mille et un carreaux recouverts d’or, qui se trouvent à l’étage dans ce que l’on appelle les tribunes, endroit autrefois réservé exclusivement aux femmes.

5.  La tour de Galata

C’est l’un des rares témoins encore debout des remparts de Galata. Construite en 1348 par les Génois, elle remplaça l’ancienne tour « Castellion ton Galatou » et prit le nom de « Tour du Christ ». 
Les Ottomans l’utilisèrent d’abord comme prison, puis comme tour de guet pour surveiller les incendies. Son balcon circulaire, culminant à 68 mètres, offre une vue à 360° sur toute la veille ville de Constantinople et celle de Galata-Péra, la Corne d’Or, le Bosphore et la mer de Marmara avec, au loin les îles des Princes. Par temps clair on peut apercevoir les collines de Bithynie avec le Mont Olympe.

 

 

 

 

 

6. Les derviches tourneurs

La  musique soufie est l’une des principales exportations culturelles turque mais les derviches tourneurs, considérés comme une secte sont hors la loi et par conséquent rarement observée dans la ville. Au Mevlevihanesi Galata, vous pouvez assister à un spectacle de derviche deux fois par mois réservé exclusivement aux touristes et deux fois par semaine dans une salle d’attente à la gare de Sirkeci.

 

 

 

7. Plongez dans la cuisine Ottoman

Le patrimoine culinaire Turc est un héritage d’Asie centrale, du Moyen orient et des balkans. Vous découvrirez une cuisine riche en pâte, viandes, poissons, légumes et desserts. Préparez votre palais à une expérience unique ! Goûtez à l’authentique cuisine Turque au restaurant Asitan. Il est situé à deux pas d’un des joyaux de l’architecture byzantine, l’église de Chora (Kariye Müzesi), à l’ombre des vestiges des anciens remparts. A  essayer : le Kavun Dolması, un melon farci de viande hachée, riz, d’amandes et de pistaches.

 

 

8. Les Meyhanes

Les anglais ont leur fameux pubs, les français leur bistrots, les grecs leur tavernes. Et les turcs ? Les Meyhanes! une version séculaire de bar à tapas. On peut se laisser aller au mézé, un ensemble d’entrée gastronomique ou boire du Raki une eau-de-vie orientale en écoutant du fasil, musique folklorique turque. Le meyhane le plus célèbre est le Pasaji Çiçek (voir photo), une arcade du  19 ème siècle sur  İstiklal Avenue.

9. Prenez de la hauteur

La meilleure façon d’admirer la ville est de s’asseoir dans un de ces bars-restaurants aménagés sur le toit d’un immeuble. Ces bars haut perchés qui fleurissent comme des champignons à Istanbul offrent une vue imprenable sur  la cité intemporelle. Beşinci Kat est l’une des meilleures adresses de la place avec une longue liste de cocktails exotiques ainsi que de plats raffinés.

 

 

 

 

 

 

10. Escapade aux îles des princesses

Sur la mer de Marmara au large des côtes asiatiques d’Istanbul, les îles des Princesses, avec ses maisons d’été et ses palais de plaisance. Les îles princesses ont la particularité d’avoir une de la composition ethnique de la vieille Istanbul.  Les Grecs, les Arméniens et les Juifs se côtoient sur les places locales. 

Istanbul, avant de partir…

Budget

À Istanbul, où la vie est plus chère que dans le reste du pays. Si vous  allez pas en voyage organisé, il vaut mieux prévoir un budget de 1000 DH par jour pour deux, pour l’hébergement, la restauration le transport et la visite des monuments.

 


Hebergement

le prix de l’hébergements est mentionné en euros, car la grande majorité des hôteliers affichent les tarifs en euros. Bien se faire préciser le prix du moment, souvent inférieur au prix affiché près du comptoir, et demander si le petit déj est inclus dans le prix (en général, c’est le cas).
N’hésitez pas à négocier une réduction si vous restez plusieurs jours, ou même pour une seule nuit hors saison.

Les prix suivants s’entendent pour une chambre double.
Très bon marché : moins de 20 €.
- Bon marché : de 20 à 40 €.
Prix moyens : de 40 à 60 €.
- Chic : de 60 à 80 €.
Plus chic : de 80 à 120 €.

Restaurants

Les prix suivants s’entendent par personne, sans la boisson.
Très bon marché : moins de 12 TL (60 DH).
Bon marché : de 12 à 20 TL (60 à 100 DH).
Prix moyens : de 20 à 35 TL (100 à 170 DH).
Chic : de 35 à 50 TL (170 à 250 DH).
Très chic : plus de 50 TL (250 DH).

Pourboire

En principe, dans les restaurants, le service n’est pas compris dans l’addition (quelques établissement l’intègrent cependant d’office). Il est alors normal de laisser quelque chose sur la table, en général 10 % de la note, si toutefois vous êtes satisfait du service.Dans les meyhane et les restaurants chic, ne vous étonnez pas de voir facturé le kuver (une 

somme fixe par personne pour l’eau et le pain). En général, celui-ci est indiqué en bas de la carte. Un petit pourboire dans les bars et hôtels sera toujours apprécié. Dans les taxis, on peut éventuellement arrondir la somme.

 

 

Musées, Sites et Monuments

Les tarifs de nombreux musées, et pas des moindres (le palais de Topkapı, Sainte-Sophie, etc.), sont élevés ! Il faut compter 20 TL pour entrer dans Sainte-Sophie ; 35 TL pour le palais de Topkapı et le harem. Prévoyez donc un budget conséquent pour pouvoiradmirer le riche patrimoine de la ville.

 

Les tapis

Il n’y a plus de région-clé pour l’achat des tapis. En règle générale, les petits magasins proposent des prix plus intéressants.

Le prix dépend du matériau utilisé, mais aussi du nombre de nœuds au cm² (on en compte 30 environ pour un bon tapis).
Il y a les vrais sumak, tout en laine, et les imitations désastreuses, laine et coton, assez chères et pas jolies du tout.
Les tapis de prière : ce n’est pas la taille qui importe mais plutôt un motif bien précis, un mihrab, la niche de prière, qui sera dirigé versLa Mecque.

Le Narghilé

 

 

Si vous voulez rapporter un narghilé décoratif, prenez n’importe lequel. Si vous en voulez un pour fumer, voici quelques conseils :

- pas de tuyaux plastiques, ils risquent de se percer ;
- il vaut mieux un vase d’eau transparent pour voir où se trouve la fumée et contrôler la propreté de l’eau ;
- pour le support, préférer le métal au bois, susceptible d’être abîmé par l’eau qui monte parfois ;
- ne pas oublier d’acheter des gros rouleaux de tabac ;
- penser aussi aux petits cylindres de charbon car il faut des braises pour fumer le narghilé.

Les pipes en écume de mer

Rien à voir avec la mer. Il s’agit d’une déformation du nom de Kumer, son inventeur. Ce n’est pas de l’argile, mais du silicate de magnésie. L’écume de mer est une matière poreuse, qui absorbe la nicotine et filtre la fumée. Voilà pourquoi il n’y a pas de filtre dans ces pipes.
Plus la matière est légère, plus elle est poreuse et filtrante mais aussi fragile. Nous préférons à l’écume de mer blanche celle de couleur beige (krem), moins filtrante mais plus résistante et moins chère. Le prix d’une pipe varie du simple au quintuple suivant la qualité de la pierre.

Les cuivres

Partout en Turquie, on trouve de beaux objets en cuivre travaillés, comme autrefois, à la main. À Istanbul, le quartier du Bazar égyptien nous semble tout recommandé pour cela. Notons la forte exportation d’instruments de musique en cuivre vers l’Europe.

Destinations préférées des Marocains

La Turquie est sans surprise la destination favorite des Marocains. L’absence d’indicateur fiable ne permet pas de chiffrer le nombre de départ annuel mais on peut l’estimer entre 30 000 et 40 000 selon les tour opérateurs. La raison de cette affluence se justifie par la non-exigence de visa, le potentiel touristique du pays et bien sûr les feuilletons turcs diffusés sur la chaîne MBC qui ont pignon sur rue.

Deuxième, L’Espagne destination classique, garde son attrait depuis des années. La classe moyenne qui voyage régulièrement profite de la guerre des prix que se livrent les low-cost et n’hésite pas de se permettre du luxe à bas prix pendant les soldes. La Costa del Sol continue d’être demandée par les familles en été en raison des possibilités offertes en matière de logement approprié et de restauration bon marché.

La demande vers l’Egypte longtemps, destination traditionnelle a chuté du fait du printemps arabe. Il semble que le contexte sécuritaire du pays ne rassure plus les voyageurs malgré des prix toujours attractifs et la régularité des départs. Par ailleurs le tourisme religieux destination traditionnelle aussi, s’accroît toujours en période de l’ Omra et 50% des réservations effectuées auprès des agences à cette période concernent le pèlerinage.

Si les destinations des Marocains ont été jusqu’ici les pays proches de la méditerranée, on assiste aujourd’hui à une préférence pour d’autres horizons chez les Marocains au pouvoir d’achat plus élevé qui n’hésitent pas à partir pour Singapour, la Malaisie ou les Seychelles. Aujourd’hui en matière de voyage le comportement des Marocains a beaucoup changé, ils n’hésite pas, comme tout le monde, à confectionner des packages via Internet à la recherche de bons plans.